Séquestrée de Chevy Stevens

téléchargement (12)

Edition : Pocket

Prix : 7,30€

Pages : 380

Résumé :

Annie O’Sullivan, 32 ans, est agent immobilier sur l’île de Vancouver. Par un beau dimanche ensoleillé d’août, alors qu’elle fait visiter une maison à un potentiel acquéreur, ce dernier lui plante le canon d’un revolver dans le dos et l’oblige à monter dans sa camionnette…

Quand Annie se réveille, elle est prisonnière dans une cabane isolée en pleine forêt. C’est le début d’un enfer qui durera plus d’un an : douze mois où le Monstre – comme Annie le surnomme – fera d’elle sa chose. Torture psychologique, abus sexuels… : tout y passera, jusqu’à ce que la jeune femme parvienne enfin à s’échapper.

Pourtant, le plus dur commence pour Annie, qui doit à présent surmonter son traumatisme, réapprendre à vivre normalement sans plus dormir enfermée dans un placard, seul lieu où elle se sent en sécurité, et, surtout, accepter l’effroyable vérité : elle connaît le commanditaire de son enlèvement…

Mon avis :

Rien qu’en lisant le titre, on sait déjà que le sujet va être passionnant. On l’espère en tout cas. C’était mon premier Chevy Stevens. Le 4ème de couverture nous annonce déjà le décor : une femme, Annie, enlevée en plein jour lors d’une visite immobilière. Elle va être retenue séquestrée pendant 1 an et vivre un véritable calvaire et va réussir à s’enfuir ! Et elle va devoir surmonter ce terrible traumatisme. Ok, là je me dis pas mal… Il va falloir que l’on me tienne en haleine.

L’histoire est racontée lors de ses séances chez son psy. Déjà, j’aime beaucoup l’approche. Le langage utilisé par l’auteur est un langage familier. Bon on se sent à l’aise, donc nous aussi on s’assoit sur le divan et on va écouter cette histoire racontée par celle qui l’a vécue.

Le décor est tout de suite planté : un homme inconnu de l’héroïne (oui j’utilise ce terme car c’est vraiment le cas), une cabane paumée dans les bois on ne sait où, un intérieur hyper glauque, des habitudes de l’homme perverse et complètement psychopathe.  On est un peu comme dans un huit clos. Annie va essayer de tenir par tous les subterfuges possibles et inimaginables pour ne pas craquer psychologiquement. Car ce n’est pas qu’une séquestration physique c’est aussi une séquestration psychologique et mentale ! Et je me suis sentie aussi séquestrée qu’Annie sans les tortures qu’elle a subit.

Le style de Chevy Stevens est direct. Les mots utilisés sont les mots justes. Ils sont précis et j’ai tout de suite réussi à installer le décor, les personnages et leurs évolutions.

Jusqu’au bout, j’ai été tenue en haleine et c’est ça que j’aime dans un livre ! Bravo et merci Chevy Stevens.

9 réflexions sur “Séquestrée de Chevy Stevens

  1. Stéphanie dit :

    J’ai adoré ! Il a fallu que je décroche de temps en temps, par obligations ménagères et familiales lol. J’avais trop hâte de savoir la suite à chaque fois. Pourtant il y a des passages durs, la pauvre, j’ai souffert avec elle, et mon cœur a palpité plus d’une fois ! Un petit bémol sur le coup pour le dénouement de l’enquête… mais finalement ça va bien avec « le reste » (je peux pas trop en dire pour ceux qui ne l’ont pas lu).

    Aimé par 1 personne

Quelques mots tordus...vas y, lâche toi :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s