Tiré à quatre épingles de Pascal Marmet

téléchargement (4)

Edition : Michalon

Prix : 18€ en papier

Pages : 270 pages

Résumé :

Parmi les milliers de voyageurs, Laurent erre seul dans le hall de la gare de Lyon, l’air paumé. Il vient de rater son CAP boulangerie et sa mère l’a mis dehors. Samy, escroc à la grande gueule, le repère rapidement. Il a bien l’intention de profiter de la naïveté de ce gamin aux chaussures vertes et l’entraîne dans un cambriolage. L’appartement dans lequel ils pénètrent est une sorte d’antichambre du musée des Arts premiers et regorge de trésors africains. Mais ils tombent nez à nez avec la propriétaire et collectionneuse. Comme elle s’est blessée en tombant dans les escaliers, ils lui viennent en aide avant de s’enfuir. Pourtant, quelques heures plus tard, elle est retrouvée morte, abattue de cinq balles tirées à bout portant. Le commandant Chanel, chargé de l’enquête, s’enfonce alors dans l’étrange passé de cette victime, épouse d’un ex-préfet assassiné quai de Conti peu de temps auparavant.

Mon avis :

Comment ce livre m’est tombé dans les mains ? Et bien grâce à Pascal Marmet qui a laissé un message sur facebook si des personnes étaient intéressées par son livre !!!!  Et comment !!! Etant de nature curieuse, je n’ai pas résisté à l’envie de découvrir ce nouvel auteur. Il m’a donc envoyé son livre dédicacé. Merci Pascal Marmet pour cette initiative.

J’ai donc fait la rencontre de ce cher flic Chanel et de son équipe. Un flic comme je les aime, un peu macho, bourru, très pro, une vie privée un peu déserte et un don artistique (le piano). Chanel est un mélange de Nestor Burma, charmeur et sachant bien utiliser les mots mais aussi un mélange de ces filcs sexy que l’on voit à la TV dans diverses séries françaises. Oui je l’imagine sexy ;-).

Concernant les lieux, nous sommes au célèbre 36 quai des Orfèvres. Mais, on part aussi gare de Lyon, au musée du quai Branly. Bref, on voyage !

Nous avons donc le flic, les lieux, il manque les cadavres. Point réglé, dès la première page.

Ensuite, il faut donner un rythme. Chose que fait très bien l’écriture de Pascal Marmet. Tout est bien ficelé. Tous les ingrédients pour mener une bonne enquête sont là. J’ai pris plaisir à la mener. J’ai même eu de la sympathie pour cette Albane si demandeuse d’une vie qu’elle n’a pas eu.

D’ailleurs, savez vous ce que signifie « Tiré à quatre épingles »? Autrefois, on disait d’une personne bien habillée qu’elle était « bien tirée ». Parallèlement, vers le XVe siècle, les « épingles » étaient l’argent de poche que les femmes pouvaient mettre de côté lorsque leur mari leur donnait une petite somme pour leurs courses, ou qu’elles gagnaient d’elles-mêmes de diverses manières. Ainsi, il s’agit certainement d’un rapprochement entre ces deux expressions, comme si on pouvait s’acheter de beaux vêtements et donc être bien habillé grâce aux « épingles » que l’on avait mis de côté.

En lisant cette signification, je souris car il y a tellement « d’épingles » qui se retrouvent dans ce livre. Chapeau car le titre est vraiment bien trouvé et il est en totale adéquation avec l’histoire.

Lors de ma prochaine visite à Paris, je risque d’aller m’aventurer dans la salle Afrique du musée du quai Branly.

Encore Merci, pour cette belle découverte, M. Pascal Marmet 😉

Si vous voulez en savoir plus sur l’auteur et ses livres, voici ce lien : http://www.pascalmarmet.com/

 

3 réflexions sur “Tiré à quatre épingles de Pascal Marmet

Quelques mots tordus...vas y, lâche toi :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s