A la rencontre de Maud Cordier, une young adult pleine d’énergie

quand-le-ciel-descend-sur-la-terre-643775-250-400

Bonjour à tous,

Nouvelle interview, nouveau domaine littéraire. J’ai eu le plaisir de rencontrer Maud Cordier , de nouveau, sur les réseaux sociaux, lors de mon 1er blog. Elle m’a envoyé son livre Quand le ciel descend sur la terre. Et j’ai été touchée par Maud qui est une jeune femme, remplie de doutes et que j’ai eu plaisir à rassurer et à encourager. Car je sais qu’il lui a fallu beaucoup de courage pour en arriver là. Maud Cordier encore un grand merci de t’être prêtée au jeu. C’est parti !

Anne-Ju : Bonjour Maud, merci de me permettre de faire cette interview de toi. Tout d’abord, je te laisse te présenter et dire ce que tu veux de toi !

Maud Cordier : Bonjour Anne-Ju. Alors j’ai 25 ans. Pour le moment, je n’ai pas d’emploi. Je suis passionnée par la lecture et les animaux. Comme tu t’en doutes, j’aime aussi écrire. Ce que je n’aime pas ce sont les personnes jalouses et égoïstes, les actes de cruauté envers les animaux et les gens, le manque de respect, les personnes qui se plaisent à humilier les autres et tous ceux qui ne respectent pas notre planète.

AJ :  Que voudrais tu faire plus tard ?

MC : J’aimerais vraiment devenir écrivain car ce métier correspond vraiment à mes attentes. J’aime travailler seule avec mon chat près de moi, être dans mon monde, organiser mon temps comme je le souhaite etc. Mais vivre de ce métier est quelque chose de bien rare. Donc je ne sais pas, si je ne perce pas dans ce milieu, je dirais un travail en rapport avec les animaux.

AJ :  Comment est perçue la lecture dans ton entourage ?

MC : Mon père dit que c’est une perte de temps et à chaque fois que j’ai un livre dans les mains il me dit « c’est quoi cette merde ? » lol, bien sûr il plaisante puisqu’il ne les a jamais lu, mais ce n’est pas un fan de lecture !

AJ :  La plume te démange depuis combien de temps ? un rituel pour écrire ? Ça t’es venu comment ?

MC : J’écrivais déjà petite, je m’inspirais de l’étalon noir (j’adorais les chevaux et je les aime toujours d’ailleurs). Ensuite je changeais les fins des romans qui ne se terminaient pas comme je le souhaitais. J’’ai en tête la trilogie des Royaumes du Nord, j’avais trouvé la fin si triste que je l’avais réécrite ^^.

Je n’ai pas de rituel, si ce n’est que je m’installe dans mon lit et que j’écris souvent le matin. Pour le reste, mon premier roman m’est venu en repassant (glamour !). J’ai eu un parcours un peu particulier, suite à des problèmes personnels, je n’ai pas pu continuer mes études de lettres. J’ai donc dû trouver du travail et j’ai fait des ménages pendant 3 ans. Comme ce travail me déprimait, je me suis mise à écrire dans ma tête. Et voilà comment Quand le ciel descend sur la Terre est né. Bizarrement, le Prince des loups est né quand j’ai dû quitter mon travail, suite à une rechute au mois d’octobre.

AJ : On a le sentiment qu’il te faut des épreuves pour écrire. Parlons de ton livre Quand le ciel descend sur la terre qui vient d’être réédité. Tu nous racontes son histoire.

MC : C’est l’histoire d’une jeune femme de vingt ans qui a subi un choc émotionnel suite à une « rupture » avec son grand amour. À la suite de ça, elle vit dans sa bulle, dans un total déni. Elle essaie néanmoins de s’en sortir, comme elle peut, par le biais de ses amis et de nouvelles rencontres. Jusqu’à ce que le passé la rattrape…

AJ : Si je ne me trompe pas, c’est le seul publié pour le moment ? tu en as d’autres sous le coude ?

MC : Oui c’est le seul. Alors Sous l’immensité du ciel, le tome 2 de Quand le ciel descend sur la terre est prévu pour septembre. Ensuite, mon deuxième roman, Le Prince des loups a été accepté par une maison d’édition et est en attente dans une deuxième, donc je patiente. La suite Les larmes de saphirs, devraient être terminée dans le mois, puis je repasserai à la correction.

AJ : Waouh, tu as du pain sur la planche. Je croise les doigts ! Une chose qui intéresse beaucoup de gens, et notamment des auteurs encore caché dans l’ombre ou qui se posent beaucoup de question, c’est le parcours pour arriver à être édité. Car écrire c’est un fait mais être édité est aussi une grande réussite. Tu nous parles un peu de ton parcours ? des mauvaises rencontres ? des bonnes ? des soutiens ?

MC : En effet, c’est très difficile. Je suis éditée dans « une sorte » de maison d’auto-édition. Résultat:  la plupart des gens se méfient car ils ont peur de trouver un texte mal écrit, une histoire sans queue ni tête etc. Je les comprends tout à fait. On n’est jamais rassuré quand il s’agit d’auto-édition. Cependant, dans mon parcours, je dois avouer que j’ai beaucoup de soutien.J’ai beaucoup de messages où l’on me dit que j’ai une belle écriture ce genre de chose et ça me touche énormément ! Bien sûr, je ne peux pas le nier, je tombe aussi sur des personnes méprisantes. Mais, je ne me laisse plus autant toucher qu’au début. On m’a fait remarquer qu’il y avait pas mal de jalousie derrière tout ça et du coup j’ai appris à me détacher de ses rares critiques (ces personnes n’ont ni lu mon livre, ni jeter un œil dessus soyons clair !) pour profiter de ces dizaines de messages de soutien que je reçois un peu près tous les jours. Ce qui est dur c’est de faire la promotion de son livre soi-même. Je n’aime pas aller vers les gens pour leur dire que « voilà j’ai écrit un livre ». Ça me met mal à l’aise. Pourtant, je sais que si je ne le fais pas, il ne sera jamais vu, perdu au milieu des millions de livres. Alors, je dirais qu’il faut se faire une carapace. Il y a énormément de soutien, mais un seul message méchant suffit à nous le faire oublier quelques fois. En tout, j’ai dû recevoir une dizaine de messages de personnes agressives, contre plusieurs centaines de soutien. Alors il faut juste savoir se blinder.

AJ :Justement comment tu gères les mauvaises critiques ? Car je me doute qu’au fond de soi, ça doit être blessant, même si c’est le risque.

MC : Je n’ai pas encore eu de mauvaises critiques, sauf sur Nouvelles Plumes quand j’y étais. Depuis mon livre a été nettement retravaillé et amélioré, donc je ne tiens plus compte de ces anciennes critiques. En revanche, quand j’en ai eu, j’ai été blessée, inutile de le dire. C’est plutôt que j’avais l’impression d’avoir échoué quelque part. Je crois que le rêve de tout écrivain est de ne jamais décevoir le lecteur qui se penche vers son œuvre. Pour ma part, je ne me considère pas comme écrivain, mais simplement comme une personne qui écrit. Cependant, ça ne change rien, je n’aime pas décevoir une personne qui me lit. Du coup, je suis un peu abattue au début, j’ai même eu envie d’arrêter… Et puis quelque chose en moi me pousse à continuer et à me surpasser et je repars de plus belle .

AJ: Maud tu seras plus forte de jour en jour. Donc continues dans cet esprit ! En tant que bloggeuse, j’aimerai savoir ce que tu penses justement de ces réseaux parallèles aux autres voies de promotion (service de presse etc..)? Surtout après nous avoir confié ta difficulté à aller vers les autres.

MC : Je trouve que c est très difficile de faire sa promotion. Je n aime pas importuner les gens et je préférerais ne pas avoir à le faire. Malheureusement, si on veut essayer de se faire connaître on n a pas vraiment le choix. Si on attend que ça se passe on est inévitablement noyé dans la masse. Après il faut essayé de faire les choses au mieux en notre âme et conscience ^^

AJ :  Te souviens tu d’une critique qui t’a le plus touché ?

MC : Il y en a eu plusieurs qui m ont beaucoup touchés. Je n ai pas de préférences. On va dire toutes. 😉

AJ : Parlons d’autres livres qui vont nous permettre de connaître un peu mieux tes goûts littéraires. Dis moi Maud, un livre que tu aurais aimé écrire et pourquoi ?

MC : Harry Potter. J’admire profondément J K Rowling pour cette histoire, ces personnages, son ambiance : tout. Ses œuvres sont des pépites et elle peut être fière d’elle. Elle a accompli un véritable exploit, celui d’enchanter des millions de personnes. Elle a mon total respect et mon admiration la plus sincère. Ce sont les seuls livres qui m’ont complètement chamboulés au point que je lisais sous ma couette quand j’étais au collège avec la lumière de ma lampe torche pour savoir la suite sans me faire choper par mes parents ^^ ! Excellent !

AJ :Ton livre de chevet ? parle nous de ce livre

MC : Le tome 2 du Prince captif. Comme Harry Potter c’est un des rares livres à m’avoir autant troublé. La scène d’amour finale entre les deux personnages (qui sont des hommes) est réellement troublante. Pourtant avec tous les romans romantiques et érotiques qui pullulent, je suis difficile à émouvoir. Mais celui-ci je l’ai relu plusieurs fois et je le garde  sur ma table pour le relire de temps à autre. Je ressens toujours la même émotion quand je suis restée de marbre sur les scènes d’amour de 50 nuances de Grey par exemple ou même Beautiful disaster, Fight for love etc…

Pour tout te dire j’ai une tonne de livres sur ma table de chevet : Hunger games Tome 1, Central Park, la face cachée de Margo, La sélection les histoires secrètes, le tome 4 des étoiles de Noss head, After tome 4  et l’héritière de Kiera Cass…

AJ:  Le livre que tu as commencé et que tu n’arrives pas à finir ?

MC : Crime et Châtiment de Dostoïevski. C’est affreux j’ai essayé de le poursuivre au moins 5 fois depuis que je suis au lycée, mais je n’y arrive pas… Il faudrait peut-être que je réessaie…

AJ : Le livre qui t’a le plus déçu ?

MC : Le livre qui m’a le plus déçu… Je réfléchis… Je dirais Beautiful Disaster… J’attendais beaucoup de ce livre car tout le monde me disait qu’il était génial, magnifique etc… J’ai tout de même aimé, mais sans plus. Disons que je n’ai pas du tout été transportée, d’où la déception…

AJ : Combien de livres en attente dans ta PAL ?

MC : Hum 101, comme les dalmatiens ^^(ok je sors.) Mdr

AJ : Question estivale : tu lis quoi en ce moment ? et quels livres vas-tu mettre dans ta valise ?

MC : Je lis Les histoires secrètes de Kiera Cass et le baiser de l’ange de Chandler. Et accessoirement Sous l’immensité du ciel (mon roman) car je dois le corriger… Encore -_-

AJ : Quels sont tes prochains projets d’écriture ?

MC : Alors j’ai un policier sous le coude, le tome 3 du Prince des loups et ensuite je ne sais pas encore… Génial un policier! Ça change !

AJ : Qu’est ce que je peux te souhaiter ?

MC : D’être lue, c’est mon vœux le plus cher !

AJ: Maud, le mot de la fin ?

MC :  Je remercie tous ceux qui m ont lu et qui me liront, car un roman prend vit grâce à son auteur mais revit à chaque nouvelle lecture

AJ : Maud, un grand merci de t’être livrée autant. Je suis touchée car je sais que ce n’était pas un exercice facile. Mais tu t’en es sortie comme une pro ! Je te le redis « ne baisses pas les bras », continues à écrire, laisses nous te suivre et être transportés par tes écrits. Un merci particulier pour ta dédicace dans ton livre. 

Le lien pour acheter Quand le ciel descend sur la terre

La page facebook de Maud Cordier Auteur

17 réflexions sur “A la rencontre de Maud Cordier, une young adult pleine d’énergie

Quelques mots tordus...vas y, lâche toi :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s