Durant les vacances, le livre reste un excellent antidote au stress.

images (3)

Bonjour,

Ma balade du jour m’a conduit à cet article. Mais lecteurs que nous sommes, nous ne sommes pas surpris 😉

« Durant les vacances, le livre reste la valeur la plus sûre pour qui cherche… à se déstresser. Un sondage opéré en Italie démontre que si nos voisins sont peu portés sur la lecture, au moins 52 % ont décidé d’emmener avec eux un livre. Ils emporteront majoritairement des romans policiers, les gialli, à 32 % et de la romance à 26 %, mais également des livres sur le bien-être, pour 23 % et des essais philosophiques pour 18 %.

L’objectif de l’étude était de déterminer les habitudes de lecture des Italiens, et parvenir à établir le portrait type du lecteur. Or, les livres délassent, certes, mais servent aussi, pour 34 % des hommes, à séduire le sexe opposé, apprend-on. Une pratique connue, et qui ne fait donc pas exception en Italie.

Quand les vacances arrivent, les Italiens se disent volontiers fatigués, déprimés ou stressés (31 %, 25 % et 21 %). Et pour s’échapper du quotidien, ils seront 52 % à pratiquer la lecture, comme antidote à la morosité. Une donnée rassurante, estime l’étude, puisqu’au cours de l’année, ils ne sont que 46 % à pratiquer les livres pour se détendre.

Rachel Bindi, psychothérapeute et librothérapeute s’en réjouit : « Nous pouvons attribuer l’augmentation du désir de lire au cours de l’été à différents facteurs. » D’abord, la chaleur diminue l’activité physique – sauf pour les petits malins qui, équipés d’un livre, sont parvenus à séduire le beau sexe…

« La plupart des hommes ont tendance à penser que les femmes sont plus liées à la littérature. Nous sommes toujours considérées comme des lectrices qui soupirent face à des histoires d’amour, ou que nous sommes à la recherche d’un partenaire intellectuellement stimulant. Les préjugés veulent, d’ailleurs, que les gens qui lisent aient plus de sujets de sujets de conversations, ce qui peut faire bonne impression », poursuit la thérapeute.

Dans une étude présentée en décembre 2008, et réalisée par la National Year of Reading, les résultats et comportements – chez les hommes… – étaient affolants. « Un homme sur cinq avoue volontiers qu’il fera semblant de lire dans une file d’attente pour faire une bonne impression. Plus de 25 % laisseront volontairement traîner un livre dont ils ont parlé plus tôt pour attirer leur proie dans leur lit. Les 1543 personnes sondées comptaient 864 adolescents, mais 74 % d’entre eux précisent qu’ils préfèrent lire des SMS, MySpace ou des paroles de chansons que des livres… » Soit. Le sex-appeal des livres n’était plus à démontrer, pas plus qu’on ne pouvait alors nier leur capacité d’attraction. Du moins est-ce ce que croient les hommes…

Plus sérieusement, la période est propice à une certaine liberté d’esprit. En effet, les lecteurs ont tout simplement plus de temps, selon 34 % d’entre eux, mais également la volonté de s’échapper du monde, pour un quart des répondants. Si les différences entre hommes et femmes existent, elles ne s’équilibrent qu’à l’âge de 65 ans. Entre temps, les femmes restent les plus grandes lectrices. »

6 réflexions sur “Durant les vacances, le livre reste un excellent antidote au stress.

Quelques mots tordus...vas y, lâche toi :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s