A la rencontre de Christophe Lunetto, au service secret des mots.

téléchargement (3)

Bonjour à tous,

Aujourd’hui c’est Christophe Lunetto qui a accepté de répondre à mes questions. Après avoir lu ma chronique sur Le Cercle et la Fraternité, vous serez ravis de découvrir son auteur maintenant. Un autre univers …plus masculin. Allez, on commence.

Anne-Ju : Bonjour Christophe, je t’ai découvert en lisant ton livre Le Cercle et la Fraternité. D’après ta biographie sur le site de ton éditeur, tu n’es pas écrivain à temps complet. Tu évolues dans le monde du 7e art. Ecrire un livre était une évidence pour toi ?

Christophe Lunetto :  J’ai surtout écrit quelques scénarii qui n’ont pas été produits car jugé trop ambitieux. C’est ce qui fait toute la différence entre l’écriture d’un scénario et celle d’un roman. Avec le roman, aucune limite de budget, tout est permis !

AJ : Les livres et la lecture ont toujours fait partie de ton entourage ? Comment t’est venu le goût des livres ?

CL : Enfant, j’avais à disposition une bibliothèque plutôt bien fournit à la maison. Je me souviens d’une collection de beaux livres reliés cuir sur les plus grands écrivains américains. C’est grâce à cette collection, que j’ai pu lire Hemingway avant mes dix ans…

AJ : Parlons de ton livre Le Cercle et la Fraternité. Comme tu le sais, j’ai adoré l’époque et les trois personnages principaux. Mais je ne vais pas en dire plus et te laisser nous le présenter..

CL : Le Cercle et la Fraternité est un thriller historique. L’histoire se déroule dans le Londres victorien de 1886. Nous suivons l’enquête de trois détectives amateurs afin de démasquer les assassins d’une prostituée. Ces trois personnages sont James M.Barrie, Bram Stoker et Arthur Conan Doyle, avant qu’ils ne deviennent des écrivains célèbres. Ce qu’ils vont découvrir au fil de leur périlleuse aventure va les marquer à jamais et même les influencer, bien des années plus tard, lors de la création de leurs héros de papier…

AJ :  Comment l’histoire t’est venue ?

CL : J’ai une vraie admiration pour Bram Stoker, Conan Doyle et James M.Barrie. De même, j’ai toujours été fasciné par le Londres de l’époque. J’ai donc tout simplement décidé de réunir les deux dans une œuvre de fiction qui tiendrait les lecteurs en haleine jusqu’à son dénouement. La chose amusante, lors de la rédaction, a été de cacher au fil des pages des détails biographiques de mes trois personnages, ainsi que certains éléments tirés de leurs œuvres respectives. J’en ai dissimulé un peu partout. Jean-François Merle, mon éditeur chez Chemin Vert, s’est d’ailleurs beaucoup amusé à les dénicher alors qu’il prenait connaissance de mon texte pour la première fois !

AJ : J’imagine mais ça devait être super intéressant. Un vrai travail de détective ;-). Souvent certains auteurs ne veulent pas forcément se faire publier. Pour toi c’était une suite logique ? Tu nous racontes ses étapes jusqu’à sa mise en rayon stp. 

CL : Je venais d’écrire les dernières pages de mon roman lorsque j’ai appris l’existence du concours Nos Lecteurs ont du talent. J’ai un peu hésité à m’inscrire, car l’ayant tout juste achevé, je n’avais pas eu le temps de le remanier. J’ai fini par me lancer et je n’ai pas eu à le regretter, car j’ai eu la surprise de terminer parmi les finalistes. Chemin Vert a sorti le livre en version ebook en mars de l’année suivante, puis en version papier en novembre. Je n’oublierais jamais le jour où j’ai reçu mes exemplaires. Tenir son roman entre ses mains, pouvoir le feuilleter, c’est quelque chose ! Un grand moment d’émotion, vraiment. Je voudrais d’ailleurs profiter de cette occasion pour remercier Sophie Lajeunesse, Marie Pauline Martin et Jean-François Merle, de Chemin Vert éditions, pour m’avoir donné ma chance et m’avoir soutenu. Quelle aventure, grâce à eux !

AJ : Ah Marie-Pauline, une personne très proche de ses auteurs ;-). Concernant la pub pour tes livres, tu utilises beaucoup les réseaux sociaux ? Que penses-tu de leur place actuelle dans le monde du livre ? Je sais que certaines maisons d’édition sont nulles niveau communication.

CL : J’ai une page Facebook dédiée uniquement à mon livre. Et je peux également compter sur le site de Chemin Vert. Mais il est vrai qu’il est très difficile de se faire connaître, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’un premier roman. Heureusement, il y a aussi les blogs littéraires comme le tien !

AJ : Oups je vais rougir :-). Je sais qu’un bon moyen de communication est le salon et fête de livres en tout genre. Tu aimes ce genre de rendez-vous ?

CL : Je vais participer à mon premier Salon du Livre en octobre prochain, dans la ville de Vedène. Cependant, j’ai déjà quelques séances de dédicaces derrière-moi, en équipe avec d’autres auteurs Chemin Vert, Delphine Guarsault et Joe S.R notamment. C’est bien sûr très enrichissant de pouvoir rencontrer nos futurs lecteurs, mais c’est aussi très intimidant, je dois dire ! Cela reste toutefois un excellent moyen de promouvoir nos livres et nous faire connaître dans différentes régions.

AJ : On parle critiques. Tu gères comment les bonnes comme les mauvaises ?

CL : Par chance, je n’ai pas eu de mauvaises critiques, du moins jusqu’à présent. Pour moi, qui remet constamment en question la qualité de mon travail, qui doutes énormément, une bonne critique est bien sûr toujours la bienvenue ! A ce propos, je me souviens d’un commentaire négatif lors du concours, vraiment très désobligeant, qui m’a rendu malade deux jours durant ! Mais bon, c’est la règle du jeu…

AJ : Christophe, on va essayer de mieux te connaître en connaissant tes lectures. Un livre que tu aurais aimé écrire et pourquoi ?

CL : Plutôt trois livres si tu me permets : L’Œuvre de Dieu, la part du Diable, de John Irving. C’est peut-être la plus belle histoire qu’il m’ait été donné de lire. Les Russkoffs, de Cavanna, un auteur qui vous fait hurler de rire et pleurer à chaudes larmes la page suivante. Maria, la jeune prisonnière russe, est inoubliable. Et, pour finir, American Tabloïd, de James Ellroy. Parce que Ellroy est un génie, tout simplement. Tout ce qui fait sa force se trouve dans cet ouvrage. Pour l’anecdote, j’ai eu la chance de lui parler en mai dernier, lors d’une dédicace pour son dernier livre. C’est bien simple, c’est comme si j’avais parlé avec Dieu en personne !

AJ :  Un livre que tu offres à tout le monde ? et pourquoi ?

CL :  L’Œuvre de Dieu, la part du Diable justement ! Il faut le lire !

AJ : Bon, j’ai compris je vais le rajouter à ma liste d’envie ;-). Y’a-t-il un livre que tu n’as jamais réussi à finir ? et si oui lequel et pourquoi ?

CL : Non, lorsque je commence un livre, je mets un point d’honneur à le finir, même s’il ne me plaît pas. C’est comme ces spectateurs au cinéma qui se lèvent pendant la projection d’un film et qui partent avant la fin. Ça ne me viendrait jamais à l’idée !

AJ :  Le livre qui t’a le plus déçu ?

CL : Vendetta de R.J Ellory. Je n’ai pas accroché du tout. J’avais l’impression d’avoir déjà lu cette histoire cent fois ailleurs…

AJ :  Si tu pouvais changer de vie et être une héroïne ou héro tu serais laquelle ? et surtout pourquoi ?

CL : James Bond !!

AJ : Alors là avec cette réponse, je ne peux que t’adorer 😉 Je suis aussi une grande fan de ce héro. J’ai lu tous les livres de Ian Fleming.Ce personnage est tellement riche et surprenant. Bon passons à notre autre côté. Car on aime aussi les méchantes ou méchants. Lequel est-ce pour toi ? et bien sûr pourquoi ?

CL :  Ce sera du côté sombre de la Force : Dark Vador ! J’ai découvert les premiers Star Wars lors de leurs sorties en salle lorsque j’étais enfant et ils sont restés de merveilleux souvenirs. Pour moi, Vador est un personnage de tragédie. Tout comme Jonas Faganz, l’antagoniste du Cercle et la Fraternité. C’est un personnage tragique plutôt qu’un simple méchant de base…

AJ : Combien de livres en attente dans ta PAL ?

CL : Oh, là, là, je ne compte plus. Et j’en rajoute au moins un ou deux chaque semaine sur le sommet de la pile…

AJ : Ce n’est plus une PAL mais une MAL (montagne à lire) ;-). Question estivale : tu lis quoi en ce moment ? et quels livres vas-tu mettre dans ta valise ?

CL :  J’ai beaucoup apprécié le dernier Ellroy, Perfidia. J’ai enchaîné avec Ne Tirez pas sur l’Oiseau Moqueur, d’Harper Lee. Sont prévus ensuite Solo, de William Boyd (James Bond, encore !), 22/11/63, de Stephen King, ainsi que l’intégrale Truman Capote.

AJ : Ah on en a un en commun ;-). Quels sont tes prochains projets d’écriture ? Dis-moi que je vais retourner dans le Londres du XIXsiècle stp 😉

CL :  J’écris actuellement mon second roman. J’espère l’achever d’ici la fin de l’été. Désolé de te décevoir, mais non, ce nouveau livre ne se déroulera pas au XIXsiècle ! Ce sera au contraire un récit d’anticipation, avec pour toile de fond les bouleversements climatiques. C’est ce qui est intéressant avec un genre comme l’anticipation : Parler du futur pour, en réalité, parler du présent.

Mais je songe déjà à deux autres projets… qui se passent à Londres, ce qui devrait te ravir ! L’un aura lieu durant la Seconde Guerre mondiale (un récit d’aventures dans la lignée de mon premier roman) et l’autre, un polar, situé dans les années 1970. Ils formeront une sorte de trilogie avec Le Cercle et la Fraternité. Trois histoires, à trois époques différentes, avec la ville de Londres pour décor…

AJ : J’ai hâte, j’ai hâte !!! Qu’est-ce que je peux te souhaiter ?

CL : De lire beaucoup de livres. Et, plus encore, d’avoir la possibilité de coucher sur le papier toutes les histoires que j’ai en tête !

AJ: Christophe, l’interview touche à sa fin. Un grand merci de t’être livré, de nous permettre de rentrer un peu plus dans ton univers. Tiens nous au courant de tes nouveautés. De toute façon, tu fais partis de mes auteurs à suivre de très près 😉 Je pense que les fans de James Bond auront compris la petite allusion au titre de l’article ;-).

CL : Pour conclure, je suis heureux que tu aies autant apprécié Le Cercle et la Fraternité et je voudrais profiter de cette interview pour te remercier de la gentille chronique que tu as faite. J’espère qu’il en sera de même pour mes livres suivants (je travaille dur pour ça !)

A très bientôt !

2 réflexions sur “A la rencontre de Christophe Lunetto, au service secret des mots.

  1. lafontmagali dit :

    Je n’ai pas encore eu l’occasion de lire ta chronique…je prends du retard sur mes lectures autant livresque que sur internet…En tout cas cette interview donne vraiment envie de découvrir cet auteur (même si je ne suis pas une fan de James Bond 😦 )

    Aimé par 1 personne

Quelques mots tordus...vas y, lâche toi :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s