Techno Bobo de Dominique Sylvain

1540-1

Edition : Points

Prix : 7,60€

Pages : 373

Résumé :

Au cours d’une rave party en Seine-Maritime, Katia et Véroniques, complètement droguées, sautent ensemble du haut d’une falaise. Pour la police, le suicide ne fait aucun doute. Quelques jours plus tard, une jeune asiatique est retrouvée égorgée et brûlée à l’acide dans un parc parisien, la boucle de sa ceinture remplie d’ecstasy. La détective privée Louise Morvan y voit un lien et s’empare de l’enquête : elle est convaincue que Katia aimait trop la dance pour quitter la vie …

Mon avis :

Comme vous le savez, je participe comme co-animatrice à l’événement organisé par la bibliothèque de Chalon sur Saône, Pages en partage. J’ai choisi l’auteure Dominique Sylvain. C’est une excellente occasion pour découvrir cette auteure qui aime brouiller les pistes.

Alors je vous rassure, je ne vais pas vous faire que des articles sur tous ses livres mais au moins un par mois, jusqu’à notre rencontre le 30 Avril 2016.

J’ai déja lu Dominique Sylvain, il y a quelques années avec une aventure de Lola Jost et Ingrid Diesel dans Passage du Désir. J’ai voulu changer de personnage et découvrir Louise Morvan.

Me voilà donc en Normandie, aux falaises d’Etretat, en train d’assister à une rave party. Mais cette rave party est ponctuée d’un double suicide. Or une personne ne croit pas en cette conclusion et va engager Louise Morvan, une détective des plus  non-conventionnelles qu’il existe.

Louise Morvan ? Euh dites-moi Dominique Sylvain, encore une femme au centre de votre roman ? Je ne vais pas me plaindre, mon côté féministe se réjouit !! Ce personnage est très intéressant et attachant. Par moment, je me suis retrouvée en elle et c’est rare. Elle a une cash attitude, une liberté sexuelle assumée, des doutes mais une énergie toujours débordante. Elle a une tendance à être borderline comme si elle se trouvait, elle aussi, au bord de ces falaises.

Les autres personnages nous permettent d’en savoir un peu plus sur Louise. On ne sait pas forcément grand chose sur eux et j’ai trouvé que c’était pas utile d’en savoir plus.

Ensuite, nous avons cette enquête policière. Tout est très bien ficelé. A aucun moment, j’ai eu le sentiment que c’était incohérent. Au contraire, ça coule tout seul. Alors attention, c’est du polar. Il n’y a pas forcément des choses surprenantes qui se passent dedans mais c’est tellement fluide que c’est un plaisir de le lire.

On se ballade dans les rues de Paris, en Normandie, à Ibiza sous des musiques techno ou de boys band (alors là le groupe m’a fait penser direct à nos fameux 2be3 !). L’auteure nous parle aussi de ses goûts musicaux comme Daft Punk et aussi d’autres plaisirs de la vie. D’ailleurs, il y a beaucoup de choses que l’auteure nous livre sur elle. Louise Morvan, c’est une partie d’elle.

Un extrait :

« Louise se tut. Elle pensait qu’elle aimerait percer le mystère de la nature de Katia. Que là se trouvait peut-être cette ligne dont avait parlé Abdoulazane avec et air tellement sérieux. Une image incongrue lui vint. Les empreintes de pas en plastique collées sur le sol d’une école de danse. Un court métrage vu au cinéma. Rien à voir avec la transe, le film ciblait sur le tango, le paso doble ou la valse. Engouements de femmes avouant regretter l’enthousiasme perdu des hommes pour la danse. L’une avait dit : » Il y a que comme ça que je me sens vivre ». Est-ce que Katia dansait pour renouer avec une conception du bonheur ou pour un plaisir plus animal ?Ou pour oublier le manque d’amour de sa mère et de tous ces hommes à qui elle faisait peur ? »

Quelques mots sur l’auteure :

AVT_Dominique-Sylvain_806.jpegDominique Sylvain a été journaliste indépendante pour « Le Journal du Dimanche, » puis journaliste d’entreprise et responsable du mécénat dans la sidérurgie (groupe Usinor).

Pendant six ans, elle a vécu avec sa famille en Asie. Ainsi, Tokyo, où elle a passé trois ans, lui a inspiré son premier roman Baka ! (1995). Sœurs de sang et Travestis (1997 et 1998) ont été écrits à Singapour.

Elle a reçu le Prix Sang d’Encre en 2000 pour Vox, le prix Michel Lebrun en 2001 pour Strad et le Grand prix des lectrices de Elle 2005 pour Passage du Désir.

Ses neuf romans ont tous été publiés dans la collection Chemins Nocturnes, aux Éditions Viviane Hamy. En cliquant, içi, vous tombez directement sur son blog.

21 réflexions sur “Techno Bobo de Dominique Sylvain

Quelques mots tordus...vas y, lâche toi :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s