Les coups de coeur de Février d’une fan de polars et de thrillers

Banniere coups de coeur

Bonjour à tous,

Nouveau mois, nouveaux coups de coeur de ma fan de polars adorée. Bah oui que voulez-vous, je ne me cache pas. Elle déchire cette nana !

Elle vous a fait une sacrée sélection pour ce mois-ci. J’ai déjà réduit mon budget « nourriture ». Je vais me nourrir de mots au lieu d’aliment….Bon, je vous rassure, il reste toujours les pâtes ! Huuummm c’est bon les pâtes 😉 !  Alors faites comme moi, achetez des livres et mangez des pâtes 😉 (le slogan est pourri, je vous rassure, je ne vais pas le déposer !). Bon shopping !

Geneviève, c’est à toi ! Régalez nous …miam miam.. On a faim !


Bonjour cher et chères ami(e)s zé accros des Motordus de mon Anne Ju.

Comme je vous comprends ;-).

Ce mois-ci encore, je m’incruste pour vous proposer quelques titres parus dernièrement en poche. Et sur lesquels j’aimerai bien que vous vous arrêtiez.

Il y a bien sûr quelques auteurs que j’aime suivre à chacun de leurs nouveaux romans.

Malheureusement, souvent j’abandonne, à regret, mes auteurs fétiches pour voguer vers d’autres horizons.

Il y a  donc aussi quelques premiers romans…ou des deuxièmes. Vous savez comme j’aime découvrir de nouvelles plumes, de nouveaux talents et vous faire partager ces découvertes.

Et puis, il y a un titre qui ressort  après de nombreuse années où il était introuvable en librairie c’est le Diable de Glasgow de Gilles Bornais.

 Je me souviens avoir découvert ce livre il y a une quinzaine d’année lors du salon du livre de Paris. Déjà à l’époque, je visitais les petits éditeurs sur cette immense foire du livre qu’était ce salon. Je parcourais les nombreuses allées à la recherche de la moindre pépite. Et je me suis arrêtée sur le minuscule stand d’un éditeur inconnu pour moi qu’était Atout éditions. Malheureusement, cette petite maison de Valauris, qui m’a fait découvrir aussi  Philip Le Roy avec Pour adultes seulement, a fermé ses porte en 2004.

Alors qu’aujourd’hui ressort le premier roman de Gilles Bornais, n’attendez pas quinze ans pour le découvrir. Et promis, j’en ferai une petite chronique.

Allez, bonne lecture et bon mois de février.

Ah oui, j’allais oublier…

Février, c’est le mois anniversaire de mon Blog, Collectif Polar : chroniques de nuit. Et il y aura sans doute de nombreux livres à gagner !

Alors à très bientôt, pour de nouvelles découvertes.


1

Adler-Olsen, Jussi

Les enquêtes du département V
Volume 4, Dossier 64

Le Livre de poche

Le Livre de poche. Thriller, n° 34001

A la fin des années 1980, quatre personnes disparaissent mystérieusement en l’espace de quelques jours. Cette affaire jamais élucidée atterrit sur le bureau du Département V. Carl Morck et ses drôles d’assistants, le réfugié syrien Assad et la pétillante Rose, ne tardent pas à remonter jusqu’aux années 1950, où s’est ouvert un sombre chapitre de l’histoire danoise.

Avec cette nouvelle enquête de l’incontournable trio formé par Carl Mørck et ses assistants Assad et Rose, Jussi Adler-Olsen fait monter la tension d’un cran en nous plongeant dans un sombre chapitre de l’histoire du Danemark, où l’influence des extrêmes est plus que jamais d’actualité.

Vers la chronique d’un autre titre de cette série Département V


 

2

Bornais, Gilles

Le diable de Glasgow

Ed. du Masque

Août 1887. Joe Hackney, détective à Scotland Yard, doit aider la police du comté de Glasgow à retrouver un tueur en série qui signe ses crimes au poinçon. Il découvre dans les affaires classées au cours des 70 dernières années des assassinats similaires. Joe va traquer le tueur jusqu’au fond des Highlands.

Gilles Bornais nous distille une intrique diablement diabolique… Lorsque la vérité a du mal à faire surface, c’est souvent qu’elle est trop difficile à accepter…Prix Griffe Noire du meilleur polar français 2001


3

Burke, Shannon

911

10-18

10-18. Domaine policier, n° 5021

Ollie Cross est ambulancier dans un quartier difficile de New York. En réaction à l’indifférence ou au cynisme de ses collègues devant la misère et la violence qui font partie de leur quotidien, il décide de faire preuve d’empathie. Son action le conduit à un geste dont les effets seront dramatiques.

Dans un style viscéral, Shannon Burke prend littéralement le lecteur à la gorge et nous livre un portrait de la condition humaine digne d’Hubert Selby Jr ou de Richard Price. Les droits d’adaptation cinématographique de 911 ont été achetés par la Paramount.

Pour lire ma chronique  de 911


 

4

Collette, Sandrine

Six fourmis blanches

Le Livre de poche

Le Livre de poche. Thriller, n° 34032

Lou est partie pour trois jours en trek en montagne en Albanie, avec son compagnon Elias, et trois autres personnes ayant comme eux gagné ce séjour. Mais l’un d’entre eux meurt et ils se perdent dans une tempête.

Que dire de Sandrine Collette, si ce n’est que cette femme est un génie. Une fois encore elle nous emporte avec son écriture tout en finesse. Elle nous embarque tranquillement, d’abord. Elle prends son temps, on se laisse bercer par la beauté de la nature par sa force, par sa magie. Et ça s’accélère, on le sait, à tout moment, tout peut basculer chez Sandrine Collette. Et là c’est encore plus fort et on se laisse emporter. Superbe, sublime.

Mon petit avis sur les Six fourmis blanches


 

5

Dokmak, Boris

La femme qui valait trois milliards

Ring
La Mécanique générale

En 2023, dix ans après la disparition de Paris Hilton, la femme qui valait trois milliards sème toujours le chaos dans la jet-set et parmi les narco-trafiquants, et le privé Almayer est toujours à sa recherche.

Le privé Almayer, dopé aux cocktails et à l’étherine, va remonter la piste sinueuse de la princesse blonde de Beverly Hills. A Bruges, un flic obsessionnel enquête sur le meurtre d’une jeune femme, retrouvée embaumée suivant un rituel surgi du fonds des âges. Grouillant sous le soleil de Californie, la jet-set dégénérée, les narcotrafiquants et les mercenaires saignent pour leur place au paradis. La femme qui valait trois milliards sera leur ticket pour l’enfer. Avec ses intrigues à tiroir, l’auteur nous fait passer de l’horreur glaçante à la dérision, et, l’humour très noir est sans cesse présent. C’est innovant, stupéfiant, une totale réussite.

Mon billet sur La femme qui valait trois milliards


 

6

Favan, Claire

Miettes de sang : thriller

Pocket

Pocket. Thriller, n° 16431

Le lieutenant Dany Myers est officier de police dans une petite ville du Midwest américain. Son père y était commissaire et il a pris la relève. Mais il est mal perçu de ses supérieurs : les tâches subalternes lui sont confiées et ses collègues gardent leurs distances. Un jour, il est confronté à un étrange suicide que ses supérieurs veulent classer au plus vite. Or Dany est têtu.

Il faut toujours se méfier avec cette auteur. Elle est capable de vous retourner la tête. C’est la petite princesse du triller français actuel.

Mon billet sur Miettes de sang


 

7

Marpeau, Elsa

L’expatriée

Gallimard

Folio. Policier, n° 736

Expatriée à Singapour avec son mari et son bébé, la narratrice recrute une aide domestique. L’arrivée d’un autre Français, Nassim, dont elle devient la maîtresse, lui donne l’occasion de remplir la vacuité de ses journées. Lorsqu’il est tué, soupçonnée, elle ne peut compter que sur sa domestique, qui promet, à certaines conditions, de lui fournir un alibi. Prix Plume de cristal 2013.

Avec son écriture précise , Elsa Marpeau distille en vous tout un tas d’émotions qui se bousculent et s’entrechoquent. Qui vous bousculent et vous provoquent un choc. C’est étouffant, angoissant et jouissif à loisir. Une parfaite réussite.

Mon avis sur L’Expatriée


 

8

Pavone, Chris

Les expats

Pocket

Pocket. Thriller, n° 16545

Quand elle part au Luxembourg pour suivre Dexter son mari, Kate met fin à sa carrière à la CIA. Mais devant le refus de ce dernier de lui apprendre le nom de son employeur et l’insistance d’un couple d’Américains cherchant leur compagnie, Kate en vient à soupçonner son entourage. Premier roman.

Pour son premier roman, Chris Pavone nous propose à la fois un thriller psychologique et un roman d’espionnage, rien que ça. En effet nous suivons l’itinéraire d’une ancienne espionne qui, revenue à la vie normale, s’aperçoit que ces proches eux aussi ont des secrets à cacher, et peut-être même une double vie. Avec ses nombreux rebondissements et une intrigue plutôt originale et très bien maîtrisée, ce titre nous entraîne dans un suspense haletant et une pure sensation de paranoïa.


images

Simoni, Marcello

La bibliothèque perdue de l’alchimiste

Pocket

Pocket. Best, n° 16371

Printemps 1227. Blanche de Castille, la reine de France, disparaît soudainement sans laisser de trace et une rumeur faisant état d’une intervention du diable se répand à travers le royaume. Afin d’éviter une crise sans précédent, le roi convoque Ignace de Tolède pour qu’il mène l’enquête.

Avec ses énigmes et son ambiance médiévale sombre, Le marchand de livres maudits est un croisement entre Le nom de la rose et le Da Vinci code, bien qu’Ignacede Tolède n’ait pas encore le charisme de Guillaume de Baskerville. Mais d’intrique en intrigue, il en prend l’épaisseur. Le récit est bien conduit, la plume de l’auteur fluide et l’intrigue ne laisse pas de répit au lecteur.

Ma chronique sur cette série


10

Thynne, Jane

Les roses noires

Le Livre de poche

Le Livre de poche. Policier, n° 34006

1933, Clara Vine, jeune actrice anglaise, décide de partir tenter sa chance à Berlin. Elle fait la rencontre de Leo Quinn, agent sous couverture travaillant pour le renseignement anglais qui lui propose d’espionner ses nouvelles relations, des femmes de hauts dirigeants nazis. Lorsque Magda Goebbels lui révèle un lourd secret et lui confie une mission, toutes ses certitudes basculent.

Un magnifique polar, de l’Allemagne de 1933 aux débuts du fascisme et des accointances du cinéma de l’époque avec le nazisme montant. La psychologie des personnages est fouillée et les aspects historiques visiblement très documentés ce qui rend la lecture de ce roman d’espionnage d’autant plus passionnante. Un premier volume qui met en place ce qui s’annonce comme une excellente fresque historique.

Mon avis sur Les roses Noires


 

11

Tracqui, Antoine

Point zéro

Pocket

Pocket. Thriller, n° 15422

En 1938, à Palerme, un fuyard qui transporte une mallette très convoitée tente d’échapper à la police secrète de Mussolini. En 1944, aux Etats-Unis, trois hommes projettent de changer l’issue de la guerre. Au XXIe siècle, Caleb McKay, ex-SAS reconverti, est recruté par un milliardaire pour le rejoindre en Antarctique. Au même moment, en Russie, un vieil homme interrompt sa chasse. Premier roman.

Du tréfonds du sous-sol africain aux pentes de l’Etna en passant par les côtes désolées du continent austral s’enclenche une course contre la montre à la recherche d’un des secrets les mieux gardés de l’Histoire.


 

Si avec ça, vous n’êtes pas repus, je n’y comprends rien. Bonne digestion et au mois prochain.

38 réflexions sur “Les coups de coeur de Février d’une fan de polars et de thrillers

  1. collectifpolar dit :

    Oh merci Ma Juju pour ce beau bandeau que tu m’as concoctée là.
    Je suis trop flattée.
    Rien que pour cela je vais continuer notre petite collaboration, lol 😉
    Bon du coup je constate que, même moins long mon billet t’as sied, j’en suis ravie.
    J’espère qu’il plaira aussi à tes abonnés !
    Des bise et à très vite chère Binôme 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. collectifpolar dit :

    A reblogué ceci sur Collectif polar : chronique de nuitet a ajouté:
    Tout les mois, je vais faire un petit tour sur le blog d’Anne Ju.
    Et sur ses Motordus, je vous propose une petite sélection de livres en poche, et oui, je pense à vos finances, des polars qui ont su me séduire.
    Voici donc celle du mois dernier.
    Il y a bien sûr quelques auteurs que j’aime suivre à chacun de leurs nouveaux romans.

    Malheureusement, souvent j’abandonne, à regret, mes auteurs fétiches pour voguer vers d’autres horizons.

    Il y a donc aussi quelques premiers romans…ou des deuxièmes. Vous savez comme j’aime découvrir de nouvelles plumes, de nouveaux talents et vous faire partager ces découvertes.

    Et puis, il y a un titre qui ressort après de nombreuse années où il était introuvable en librairie c’est le Diable de Glasgow de Gilles Bornais.

    Je me souviens avoir découvert ce livre il y a une quinzaine d’année lors du salon du livre de Paris. Déjà à l’époque, je visitais les petits éditeurs sur cette immense foire du livre qu’était ce salon. Je parcourais les nombreuses allées à la recherche de la moindre pépite. Et je me suis arrêtée sur le minuscule stand d’un éditeur inconnu pour moi qu’était Atout éditions. Malheureusement, cette petite maison de Valauris, qui m’a fait découvrir aussi Philip Le Roy avec Pour adultes seulement, a fermé ses porte en 2004.

    Alors qu’aujourd’hui ressort le premier roman de Gilles Bornais, n’attendez pas quinze ans pour le découvrir. Et promis, j’en ferai une petite chronique.

    Allez, bonne lecture

    J'aime

Quelques mots tordus...vas y, lâche toi :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s