QDP 2016 2/3 : Petits déjeuners à fond !

images (8)

Hello,

Attendez, je m’essuie les doigts car les viennoiseries, c’est gras ;-).

Samedi 02 Avril, il est 7h. Je suis carrément dans le gaz mais je sais que je vais réaliser une fois que je serai sur place. C’est parti pour 1h20 de route en compagnie d’une amie.

« Euh mais tu vas où ? « 

Sérieux ?? Je vois que tu ne lis pas mes articles ou alors tu as une mémoire de poisson rouge ! Je vais à Lyon au Quai du Polar. Et je commence cette journée avec 2 petits déjeuners. Ne me regardez pas comme ça, promis je vais reprendre le sport ;-).

9h : RDV à l’Institution, un établissement dont Lyon a le secret.

 

Le cadre est vraiment agréable. On se serait cru dans une autre époque. Tout le monde était déjà attablé. On attendait plus que nous pour commencer.

C’était la première fois que je rencontrais Sonja Delzongle. Je la connais de nom mais j’avoue que je n’ai pas encore lu ses livres. Elle était accompagnée de Caroline Lépée de la maison d’édition de l’épée et de Béatrice Duval, la directrice générale de chez Denoël.

 

 

3 supers nanas, très sympas qui ont bien animé cette rencontre. Faut dire que les lecteurs présents avaient aussi des questions à poser. On en a appris plus sur Sonja. Quand elle écrit, elle voit déjà tout en format film. Certainement dû à une déformation professionnelle. Elle a commencé à écrire avec de la musique comme Bussy, mais pour le dernier, elle n’en a pas ressenti le besoin.

On apprend aussi qu’une journée d’écriture commence par une balade avec son chien et un goûter avec du Nutella pour recharger les batteries ! Huuumm miam maim.

Influencée ? Inconsciemment obligé. Stephen King ou Bernard Minier sont des auteurs qu’elle affectionne.

La sortie d’un livre passe par des étapes toutes aussi réjouissantes que laborieuses : les relectures, les corrections. Tout ça c’est pas évident. Mais elle aime ça. Elle a besoin de travailler dans l’urgence pour être la meilleure. Elle a aussi besoin de sa correctrice, Caroline Lépée, car quand elle la pousse. Elle sait qu’elle peut faire mieux et le résultat est là.

C’était intéressant de savoir que cette poupée sur la couverture fut un véritable challenge. Ne la cherchez pas, elle n’existe pas. Mais aussi la pression que peut lui mettre la maison d’édition en lui demandant de sortir un livre par an…à cause de nous les lecteurs avides d’émotions fortes.

Bref elle s’est livrée, un exercice qui à mon avis n’est pas toujours évident. Bravo, vous avez assurés ! Merci à vous 3 pour ce petit déjeuner.

Cerise sur le gâteau : on est tous repartis avec un exemplaire offert et dédicacé du dernier livre de Sonja Delzongle ! La classe ;-).

Bon n’ayant pas le premier, je suis allée au stand pour le prendre en poche ;-).

 

IMG_1440

Si vous ne connaissez pas, voici les résumés :

DUST :

Quelque part en Afrique, la mort rôde…

2010. Dans un terrain vague de Nairobi, un gamin à vélo s’amuse à rouler dans une grande flaque sur le sable ocre. Du sang humain, répandu en forme de croix. Sans le savoir, le garçon vient de détruire une scène de crime, la première d’une longue série.
2012, à Nairobi. Une femme albinos est décapitée à la machette en pleine rue. Le tueur a emporté la tête, un bras aussi. Elle a été massacrée, comme beaucoup de ses semblables, parce que ses organes et son corps valent une vraie fortune sur le marché des talismans.
Appelée en renfort par le chef de la police kenyane, Hanah Baxter, profileuse de renom, va s’emparer des deux enquêtes. Hanah connaît bien le Kenya, ce pays où l’envers du décor est violent, brûlant, déchiré entre ultramodernité et superstitions. Mais elle ne s’attend pas à ce qu’elle va découvrir ici. Les croix de sang et les massacres d’albinos vont l’emmener très loin dans les profondeurs du mal.

Quand la neige danse :

Février 2014, au nord de Chicago. La neige et le blizzard semblent avoir pétrifié la petite ville de Crystal Lake. Un matin, le médecin Joe Lasko reçoit un paquet. Y repose une magnifique poupée aux cheveux longs et roux, sosie de sa fille Lieserl disparue depuis plusieurs semaines. Comble de l’horreur : la poupée est vêtue exactement comme Lieserl le jour où elle s’est volatilisée.
Ce n’est pas tout. Depuis un mois, quatre fillettes ont été enlevées, et chacune des familles va recevoir une poupée. Joe, jeune divorcé, décide de mener sa propre enquête, aidé par une détective privée dont il était secrètement amoureux des années plus tôt. Conscients que l’affaire les dépasse, tous deux appellent à l’aide Hanah Baxter, la célèbre profileuse, et son inséparable pendule. Quelque part dans Crystal Lake, depuis très longtemps, quelqu’un s’en prend aux enfants. Les détient-il prisonnières? Sont-elles encore en vie?

10h : Je file au Cintra pour le petit déjeuner organisé par les Editions Bragelonne et la pétillante Lilas Seewald.

Figurez vous que le thriller arrive chez Milady !!!  Aussi bien en grand qu’en format poche ! C’est 100% tordu et j’adhère.

Lilas nous a donc présenté les prochaines sorties autour de viennoiseries, café, thé bref…Un agréable moment. Je vous ai fait une petite sélection, mais en cliquant sur Bragelonne, vous retrouverez toutes les infos.

Format poche :

FullSizeRender (4)220 volts de Joseph Incardona

Sortie prévue le 17 juin 2016 – 7.90  €

Ramon Hill est un écrivain à succès. Mais depuis plusieurs mois, rien. Panne sèche. Son roman est en retard, la page reste blanche et avec sa femme, le courant ne passe plus.Margot prétend qu’un séjour en montagne, dans le chalet familial, leur ferait le plus grand bien. Le bon air, dit-on, régénère les corps fatigués et apaise les esprits anxieux.Mais l’isolement devient parfois une prison et l’autre, une menace…Avec 220 Volts, son cinquième roman, Joseph Incardona fait d’une histoire d’amour un roman noir.Car les histoires d’amour finissent mal, en général.

 FullSizeRender (3)La maison de Nicolas Jaillet

Sortie prévue le 23 septembre 2016 – 5.90€

L’ histoire d’une femme qui, le jour même de son mariage, sait qu’elle fait une erreur. Ce qui va se passer au cours des années, ce qu’elle va faire de cette erreur donnent un livre sous tension, légère mais permanente.

Confiance aveugle  de CJ Lyons

FullSizeRender (5)Sortie prévue le 20 mai 2016 – 7.90€

Sarah Durandt sait que l’assassin est mort. Elle l’a vu recevoir l’injection. Et pourtant, elle n’est pas apaisée : jamais il n’a voulu lui révéler où se trouvaient les corps de son mari et de son fils, qu’il lui a arrachés deux ans plus tôt.
De retour chez elle, dans les monts Adirondacks, elle s’engage dans une quête désespérée pour le moindre indice. Toutefois, la vérité qu’elle découvre la glace d’effroi. Peut-être ont-ils exécuté le mauvais coupable. Peut-être le véritable meurtrier est-il toujours en liberté. Et prêt à tuer de nouveau.

Grand format :

Jour de chance de Joseph Finder

FullSizeRender (2)Sortie prévue le 18 mai 2016 – 21.50€

Rick Hoffman est journaliste et tout va mal pour lui. Il a perdu son job, son appartement et sa sublime fiancée. Complètement fauché, il doit dormir sur le canapé d’une bicoque à l’abandon – la maison de son père, un ancien avocat réduit à l’état de légume par un accident vasculaire. Un matin, excédé par les rongeurs qui galopent dans les combles, Rick donne un grand coup de pied dans un mur et découvre, derrière la fausse cloison, 3 millions et demi de dollars sous une bâche.

A Boston comme ailleurs, les nouvelles vont vite et, passé le premier moment d’euphorie, Rick se met à craindre pour sa vie. Convaincu que l’argent appartient à son père, il décide de remonter le passé de l’homme qui les a élevés sans tendresse ni moyens, sa sœur et lui. Son enquête dans un Boston en pleine mutation va changer le regard qu’il porte sur sa famille. Et si ce jackpot lui attire beaucoup d’ennuis, il lui offre aussi le scoop de sa vie.

L’effet Domino de François Baranger

FullSizeRenderSortie prévue le 19 octobre 2016 – 21.50€

Paris, 1907. Un mystérieux tueur « à répétition » fait trembler la capitale en s’attaquant à l’entourage de personnalités célèbres et aux policiers qui enquêtent sur son cas. En plus de la terreur, il laisse derrière lui de curieux symboles mathématiques et, dans la gorge des ses victimes, un double domino. La presse accuse « Double Six », un ancien bagnard au torse tatoué dont la rumeur dit qu’il aurait plusieurs vies.

Le préfet Lépine confie l’affaire à l’inspecteur Lacinière, un Rennais sans attache ni famille, qui monte une petite équipe constituée d’une jeune femme noble aux élans féministes et d’un jeune agent qui n’a pas froid aux yeux. Lacinière est convaincu que Double Six n’est pas coupable. Pour le prouver, il doit retrouver sa trace entre chien et loup, dans le Paris du début du XXème siècle, et résoudre les énigmes que le véritable tueur élabore à son attention…

C’est vraiment un échantillon, car je peux vous dire qu’il y a d’autres perles qui vont sortir.

Ah mais j’ai oublié de vous dire une chose importante ! Durant ce petit déjeuner, deux auteurs étaient là représentant la maison : Johana Gustawsson qui a joué le jeu de la photo tordue et Fabio M. Mitchelli.

 

N’ayant pas celui de Fabio M. Mitchelli, je me suis arrêtée à son stand et 1 de plus dans mon panier ! Celui de Johana, je l’avais déjà mais j’en ai profité pour le faire dédicacer.

 

Block 46 : 

Falkenberg, Suède. Le commissaire Bergström découvre le cadavre terriblement mutilé d’une femme.
Londres. Profileuse de renom, la ténébreuse Emily Roy enquête sur une série de meurtres d’enfants dont les corps présentent les mêmes blessures que la victime suédoise : trachée sectionnée, yeux énucléés et un mystérieux Y gravé sur le bras.
Étrange serial killer, qui change de lieu de chasse et de type de proie…
En Suède, Emily retrouve une vieille connaissance : Alexis Castells, une écrivaine pleine de charme spécialisée dans les tueurs en série.
Ensemble, ces deux personnalités discordantes se lancent dans une traque qui va les conduire jusqu’aux atrocités du camp de Buchenwald, en 1944.
La compassion du diable :
1963 – Une nuit dans l’Ohio… impulsive. Suivront des corps, dans des barils en plastique. 1981 – Deux enquêteurs, hantés par leur passé. Le cannibale de Cleveland… et vous. Votre compassion… celle pour le diable.

 

Pour la petite anecdote, ils ont adoré mon prénom ..en entier ;-). Merci maman, merci papa :-*.

Encore un grand merci à Lilas pour ce super moment !

Allez une pause s’impose…La suite bientôt :-).

25 réflexions sur “QDP 2016 2/3 : Petits déjeuners à fond !

  1. collectifpolar dit :

    Tu sais quoi, Anne Ju, j’aurai adoré prendre ces petits dej.avec vous.
    Et belle sélection que tu nous fais là.
    Dust est un énorme coup de coeur.
    La maison est un coup de foudre carrément, j’adore Nicolas Jaillet.
    Et Incardona est un excellent auteur. Je regrette que nous n’ayons pas pris le temps d’aller à sa rencontre au salon du livre ; trop bête…
    Une autre fois j’espère 😉
    Et merci pour ce partage !

    Aimé par 2 people

  2. belette2911 dit :

    Waw, on s’emmerde pas, là ! Mais que vois-je sur la table ?? Une hérésie, pas moins ! Du jus d’orange pour Anne-Ju ! Non, mais, et les mojitos, z’étaient où ???? AVOUE !! 😆

    « promis je vais reprendre le sport »… moi aussi je devrais, ma semaine à la campagne m’a casssséééééééé en deux…. plus de souffle, plus de jambes, plus rien, quoi… Vite, le sport… en chambre !

    Aimé par 1 personne

Quelques mots tordus...vas y, lâche toi :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s