Un sac de Solène Bakowski

Milady Thriller a eu l’ingénieuse idée d’editer ce premier roman de Solène Bakowski. Elle est tordue cette auteure 😜 avec ce roman ! Mais ça marche ! Si bien que maintenant elle a réussi à finir dans nos sacs, en format poche ;-).

En pleine nuit, une femme attend face au Panthéon, seule, un petit sac dans ses bras frêles qu’elle serre comme un étau. Cette femme, c’est Anna-Marie Caravelle, l’abominable, l’Affreuse Rouquine, la marginale.
Lorsque, vingt-quatre ans plus tôt, Monique Bonneuil décide de prendre en charge, en secret, à l’insu du reste du monde, l’éducation de la petite Anna-Marie, fille d’un suicidé et d’une folle à lier, elle n »imagine pas encore le monstre qu’elle abrite sous son toit et que, lentement, elle fabrique. La petite fille, poussée par ses démons, hantée par son histoire, incapable de distance, tue, un peu, beaucoup. Elle sacrifie, règle ses comptes, simplement.
Mais que fait-elle là, cette jeune femme agenouillée en plein Paris, au beau milieu de la nuit ? Et que contient ce mystérieux sac qui semble avoir tant d’importance ?
Voici l’histoire d’Anna-Marie Caravelle.

« Anne-Ju, tu es prise la main dans le sac ! Bonne pioche ? »

1727162153_401e0ec1bd.jpg

Humour tordu quand tu nous tiens ;-).

« Ah ah ah ! Très tordu cette image !

Franchement, j’ai pas envie de que ça soit celui d’Anna-Marie ! »

* mettre à sac
* prendre la main dans le sac
* Tirer d’un sac deux moutures : prendre double profit dans une même affaire.
* de sac et de corde
* sac à malices : personne très rusée.
* sac à papier ! sorte de juron.
* sac à vin : ivrogne.
* Prendre son sac et ses quilles : s’en aller sans demander son reste.
* avoir le sac : avoir beaucoup d’argent, avoir une grosse dot.
* vider son sac : dire tout ce qu’on a à dire sur tel sujet, dans telle occasion.
* avoir plus d’un tour dans son sac, être plein d’habileté, de ruse.
* C’est la meilleure pièce de son sac : se dit en parlant d’un homme qui sollicite quelque grâce, qui entreprend quelque affaire, et signifie : c’est la chose la plus avantageuse pour lui, celle qui doit le plus sûrement lui procurer le succès qu’il désire.
* c’est dans le sac, c’est un succès acquis.
* Voir le fond du sac : pénétrer dans ce qu’une affaire a de plus secret, de plus caché.

Aucune de ses expressions ne peut qualifier ce livre !

L’histoire peut déranger et ça « j’achète ». Naître et vivre pendant 10 ans, inconnue de tous, entre 4 murs. Passer de l’amour à la haine. Du confort à la rue. De l’amitié à la trahison. Voilà un peu tout ce que ce livre contient ! Ah bah, le sac est bien rempli ! Elle en avait sur le cœur !

C’est du noir, du sombre, du glauque ! On a le visage fermé quand on lit ce roman. On sent un poids qui nous pèse. C’est dur de s’en débarrasser car oui, il dérange, il  interpelle ! On voit le résultat : de bonnes critiques ! Car, oui, le lecteur n’est pas un peureux. Il a envie de voir la noirceur de l’Homme ! De voir les conséquences des actes et sa mécanique de réflexion ! On a tout ça dans ce livre . Ne lisez surtout pas ce livre quand vous êtes en mode « déprime » ou « trop sensible », car il ne va pas vous plaire ! Vous risquez même de le détester. Car, il n’y a pas de juste mesure avec ce roman : ça passe ou ça casse. Mais croyez moi, ça passe avec des dégâts !

Un sac de Solène Bakowski – Milady Thriller – 288 pages – 6,90€ – paru le 20/01/2017

9 réflexions sur “Un sac de Solène Bakowski

  1. brindille33 dit :

    Bonjour Anneju

    J’aime beaucoup lire les premiers romans de nouveaux auteurs. Je choisis bien entendu.
    Celui-ci n’a pas échappé à la règle. J’ai adoré le style. J’ai adoré le choix du sujet. J’en ai pris plein la « poire ». Les mots sont forts, horribles, tristes. J’ai été très curieuse de savoir où l’auteur allait m’emmener dans son délire. Je me suis posée des tas de questions. L’espoir fait vivre 😉

    Pour résumer, Sandrine Collette et son premier livre m’avait impressionnée au point de l’abandonner, depuis lors je pense avoir lu pire, ou dans l’échelle de ces livres très très noirs, moins pire….bof…. Dans ce style là c’est totalement personnel. Ce que j’écris l’est aussi 🙂
    C’est du noir, très noir.
    L’auteur fouille dans l’être humain et les méandres de la vie, conséquences ou pas de ce que vit la jeune femme du livre.
    A nous d’en déduire. Ames sensibles s’abstenir, la fin est brrk. Et pourtant j’ai cherché à trouver une raison à ce geste, un signe affectif quel qu’il soit.

    Alors pour un premier livre, un grand bravo à cet auteur.e en devenir. J’espère qu’elle éditera un deuxième livre. Et dans quel sens si elle le fait ?
    Bonne journée.
    Geneviève qui lit beaucoup et ne chronique pas.

    Aimé par 1 personne

      • brindille33 dit :

        Bon lundi à toi. 🙂
        J’ai beaucoup aimé le début de son premier livre. Je l’avais même vue à la télé dans son interview. Et au fur et à mesure cela me devenait insupportable et j’ai fermé le livre. Je pense pouvoir le reprendre là où je l’ai laissé. Après tout ce que j’ai déjà lu. 😉 Ce qui est étrange, c’est que « Les lieux sombres » de Gillian Flynn 🙂 Depuis lors, j’ai lu le livre Un Sac tout au début de sa parution. Et j’ai vraiment adoré et l’écriture et le sujet. Même si c’est sombre. Je suis partie dans l’histoire de cette jeune femme avec ensuite des tas de questions. Je devrais reprendre les citations que j’ai soulignées. Merci pour ton commentaire Anneju 🙂

        Aimé par 1 personne

Quelques mots tordus...vas y, lâche toi :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s