The handmaid’s tale, la série qui fera ressortir votre envie de révolte !

Hello mes tordus,

Je sais que pour certains, l’été est synonyme de « je me coupe du monde et je ne regarde pas la télé ». Ok sauf que là, tu vas regarder cette série car sinon je vais te noyer dans ma baignoire à mojitos ! Non mais !!!

Peut-être avez-vous lu le livre La servante écarlate (1985) de Margaret Atwood ? et bien cette série est son adaptation : The handmaid’s tale.

 

« Je m’appelle Offred. Avant, j’avais un autre prénom, mais il est désormais ­interdit. Comme beaucoup d’autres choses. » 

imagesEt vlan ! Le ton est donné dès la première minute. Une jeune femme, assise à la fenêtre de sa chambre miteuse, vêtue d’une longue robe rouge et d’une coiffe blanche, nous parle en voix off. Il s’agit Offred (car au service du commandant Fred Waterford) . On pourrait se croire au XVIIème siècle et bien non, nous sommes dans un futur proche, où nos amis les Ricains sont devenus de vrais dictateurs mais pas dans le côté évolutif mais plutôt rétrograde en créant la République de Gilead. Et bien sûr, les hommes sont les maîtres de cette nouvelle république et ont sortis de nouvelles lois : la femme ne travaille plus, n’a plus de compte en banque…. Et que fait-on dans ces cas-là ? On les range dans des cases : épouses, domestiques ou esclaves sexuelles servant uniquement à la reproduction. Oui car comme souvent dans une dystopie, la stérilité est devenue la maladie la plus répandue. Mais il y a des exceptions dans ce nouveau monde, les fameuses servantes écarlates, soit Offred.

images (2)Offred, anciennement June mariée et maman d’une petite puce de 10 ans, se retrouve au service des Waterfords, dont le mari est un des dirigeants de ce nouveau bordel ! Elle passe la plupart de son temps dans sa chambre à repenser à sa vie d’avant, à espérer que tout ceci n’est qu’un mauvais rêve. Une fois par mois (période de fécondité dans le cycle), elle est violée par Monsieur en compagnie de Madame; Il ne s’agit plus d’un viol mais d’une cérémonie selon les nouveaux préceptes !

images (4)Niveau casting, on n’a pas trouvé mieux.  June, interprétée par Elisabeth Moss (que j’ai découverte dans Mad Men) est juste bluffante. Les personnages secondaires féminins sont aussi époustouflants comme Yvonne Strahovski (Mme Waterford) ou  Alexis Bledel (Ofglen une autre servante). Je n’oublie pas Samira Wiley (Moira une amie lesbienne de June et servante aussi) qui se distingue une nouvelle fois après son rôle dans  Orange is the new black. Et dans les méchantes nanas, les tantes, Ann Dowd endosse le rôle effrayant de Tante Lydia. Respectées, les tantes sont les instructrices et les garantes du bon comportement des servantes. Bref, vous avez compris, c’est du lourd, du très lourd.

Durant 10 épisodes, vous allez suivre la vie nouvelle vie de June. Vous allez avoir envie de castrer le premier mec qui passera, vous allez avoir envie de faire tout pour ce que monde ne voit pas le jour. Car vous savez que ce monde est probable et humain ! Vous allez devoir vous faire violence car certaines scènes sont extrêmement dures à encaisser pour la femme que vous êtes (ou même vous monsieur) ! Cette série est intemporelle surtout quand on voit ce qui se passe depuis plusieurs mois aux Etats-Unis.

Margaret Atwood est productrice et consultante sur le projet, notamment sur les parties du synopsis qui extrapolent le roman, ou le modernisent. Et comme pour Outlander, la présence de l’auteure est carrément un plus pour coller au plus près du roman.

La série a commencé à être diffusée à partir du 26 avril 2017 aux USA. Le 3 mai 2017, elle a été renouvelée pour une deuxième saison, qui sera diffusée en 2018. Le récit du roman ayant été l’objet de la première saison, ce sont des développements inédits de l’univers de la série qui seront abordés. En France, la série est diffusée à partir du 27 juin 2017 sur OCS Max et reste inédite en France

Je n’ai pas besoin de vous rappeler que c’est toujours mieux de regarder en VO ;-).

Vous l’avez compris, cette série est un réel coup de coeur pour la tordue que je suis. Vous allez aimer plonger dans cette ambiance totalitaire malgré vous. Vous allez cogiter et vous révoltez. Bref, cette série va vous déranger ! Et ça, j’achèteeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee !

images (1)

41 réflexions sur “The handmaid’s tale, la série qui fera ressortir votre envie de révolte !

  1. brindille33 dit :

    Coucou,
    Ayant entendu parler de cet évènement de série, et du sujet, j’ai beaucoup hésité n’étant plus abonnée à OCS. Comme la série Games of Thrones allait bientôt débuter la saison 7 que je ne voulais pas rater, je me suis dit, bon je vais faire d’une pierre, deux coups et hop me voilà embarquée dans le premier épisode que j’ai regardé de manière très extérieure et ai rejoint, la critique de Télérama pour les images glaçantes. Je me suis émerveillée sur la manière de cadrer les sujets, les ensembles avec les bonnets blancs et les couleurs écarlates pour les femmes-servantes qui peuvent encore avoir des enfants. Au début, je ne comprenais pas trop. Je me suis dit que j’avais l’habitude de ce genre d’approche me donnerait la suite en regardant le deuxième, et puis le troisième….et hop, j’ai tout regardé et attends avec impatience la saison 2.
    Le succès actuel du livre aux E.U, provient de la politique menée par Trump et cie et les femmes se sentent menacées par ce président. Je ne lirai pas le livre. Télérama écrit que les images sont fort léchées. Je ne trouve pas. Mais bon, c’est Télérama et son intellectualisme exacerbé. Je trouve le scénario bien mené, et les flash-backs font du bien et donnent de la respiration au rythme lent du récit de cet univers, lent, lourd, intense, prenant, écœurant. J’ai bien entendu adoré le numéro 10 de la série, pour la femme rebelle que je suis. Les actrices bonnes ou mauvaises sont pour ma part toutes excellentes dans leur rôle. La palme allant à Elisabeth Moss. Je ne connais aucun acteur ni actrice. Il y a effectivement des scènes pénibles (le nettoyage du mur). Je ne dévoile rien là….
    Les voitures noires m’ont fait penser à l’autre série que je regarde avec le héros de la série Lost, celle-ci s’appelant : Colony. (Une série que j’adore)
    Des voitures noires y font aussi leurs apparitions et sont aussi dangereuses que dans cette série ci. J’ai trouvé dommage la même analogie.
    Je suis donc devenue « addict » de la série, même si au début je n’ai pas été très emballée par le sujet. Il a pris son temps pour emmener le sujet savamment distillé. Je ne sais si c’est pareil dans le roman.
    Bon fin d’après-midi à toi. 🙂

    Aimé par 2 people

  2. aramiciaking dit :

    Il y a des thèmes qui ne prendront jamais une ride et rien ne vaut un bon roman d’anticipation pour remettre en cause les soit-disant « valeurs » de notre société actuelle. Les US font bien peur (Le Trumpissime est affolant de bêtise, ce qui fait souvent très mauvais ménage avec le pouvoir), mais les luttes en Europe ne sont pas moins vraies, quoique plus sournoises et contre des arguments mieux couverts. Le roman d’Atwood est un petit bijou et il semblerait que la série soit à son égal….j’espère qu’elle fera réfléchir quiconque la regardera

    Aimé par 2 people

  3. BeautesantedeVal dit :

    Ah, je ne suis pas si tordue que toi 😉
    Comment dire ! si je regarde cette série, je pense que je ne vais pas arrêter de dire des mots d’oiseaux envers la gente masculine ! je pense que mon mari va être choqué ! lol !!
    Je pense que ça va me changer des séries de super héros, oui, j’ai eu droit pendant toutes les vacances et là, j’en peux plus 😉
    Bizzzz

    Aimé par 1 personne

Quelques mots tordus...vas y, lâche toi :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s