Le déjeuner des barricades de Pauline Dreyfus #RL2017

Mai 68  : tous les cocktails ne sont pas Molotov. À quelques centaines de mètres de la Sorbonne où les étudiants font la révolution, l’hôtel Meurice est occupé par son personnel. Le plus fameux prix littéraire du printemps, le prix Roger-Nimier, pourra-t-il être remis à son lauréat, un romancier inconnu de vingt-deux ans  ?
Sous la houlette altière et légèrement alcoolisée de la milliardaire Florence Gould, qui finance le prix, nous nous faufilons parmi les membres du jury, Paul Morand, Jacques Chardonne, Bernard Frank et tant d’autres célébrités de l’époque, comme Salvador Dalí et J. Paul Getty. Dans cette satire des vanités bien parisiennes passe le personnage émouvant d’un vieux notaire de province qui promène son ombre mélancolique entre le tintement des verres de champagne et les réclamations de «  rendre le pouvoir à la base  ». Une folle journée où le tragique se mêle à la frivolité.

 

imagesPendant que les étudiants se tiennent derrière les barricades, que les artistes comme Renaud et Coluche prennent position, le Meurice doit faire face aussi à sa révolution.

Il n’y a plus de directeur, plus de chef, tout le personnel est au même niveau. A travers ce roman, Pauline Dreyfus nous dresse le portrait d’une bourgeoisie bien dépassée par cet évènement qui paralyse la France tout entière. Paraître reste indispensable dans ce monde. Mais cela devient compliqué quand le personnel décide de ne pas répondre aux petits caprices des clients comme Dali ou autres excentriques.

Tout va se compliquer avec ce déjeuner littéraire. La  milliardaire Florence Gould, un peu perchée dans sa bulle, veut à tout prix que ce déjeuner ait lieu car il y a un auteur à récompenser et c’est son prix que l’on attribue. Alors, on va vivre l’organisation un peu rocambolesque de cette journée, les sueurs froides des uns et les coups de révolte des autres.

mai 68Ce roman est un moment de plaisir. La satire c’est toujours plaisant surtout quand on y mêle du réel et du fictif. Le rythme est là. J’avais vraiment l’impression d’assister à ce dîner.

Ce que j’ai aimé le plus dans ce roman, c’est le fait que P. Dreyfus parle de toutes ces petites mains qui œuvrent en secret dans ce Meurice : la personne au vestiaire, le barman, le concierge, le groom, le cuisinier….Tout le monde est là pendant que les pavés sont jetés sur les CRS.

Un second coup de coeur pour cette rentrée littéraire. Merci à Netgalley et les éditions Grasset.

 

Le déjeuner des barricades de Pauline Dreyfus – Editions Grasset – paru le 23 Août 2017 – 234 pages – 19€

7 réflexions sur “Le déjeuner des barricades de Pauline Dreyfus #RL2017

Quelques mots tordus...vas y, lâche toi :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s