Engrenages, la série qui a tout d’une grande !

Hello mes tordus,

Ce n’est pas la première fois que je vous parle de cette série et aussi de séries françaises. Quand je vous dis que l’on fait de bonnes séries françaises, il faut me croire ! Bordel !

Engrenages en est la preuve flagrante ! Les créations originales de Canal+ sont des valeurs sûres.

« Mais Anne-Ju, c’est la saison 6…on a donc du retard. »

Oui et non. Chaque saison parle d’une affaire différente. Il est vrai que le fil conducteur est la vie des personnages, mais on comprend très vite ce qui permet de ne pas tout se retaper. Ceci étant, je vous conseille de toutes les regarder.

Pour ne pas spoiler (car je déteste ça), je ne vais vous parler que de la saison 6 (sans trop en dire promis) :

Bienvenu dans le 93 !

Le 2ème DPJ est appelé sur une scène de crime exceptionnelle : un tronc humain retrouvé dans un tas d’encombrants dans le 20e arrondissement. Une enquête éprouvante et complexe démarre, alors que chacun cherche sa place au sein du groupe avec l’arrivée d’un nouveau commissaire.

L’enquête mène le groupe dans une banlieue nord où le commissaire Herville a été muté. Ils vont mettre au jour corruption et achat de paix sociale dans un quartier rongé par la délinquance et la pauvreté. Corruption qu’affrontent également de leur côté Roban et Joséphine alors qu’ils vivent des épreuves intimes inattendues.

 

 

Que c’est bon de retrouver Laure, Gilou, Tintin, le juge et Joséphine cette avocate prête à tout !

Oui oui oui j’avais hâte ! Je la trouve tellement bien faite cette série que c’est dommage que les autres ne prennent pas exemple sur elle.

Tout d’abord, les intrigues policières. Elles sont différentes à chaque saison, mais elles sont liées à l’actualité. Içi, on se retrouve dans le 93 avec des camps de Roms, des policiers au bout de leurs vies, des cités qui s’embrasent, des politiciens toujours véreux, un système judiciaire long et compliqué. Bref, il n’y a pas plus contemporain !

Depuis sa première saison, cette série ne s’épuise pas. Il faut dire que les flics ne chôment pas. Mais la feuille de menthe dans le mojito (= la cerise sur le gâteau mais revisitée mode tordue) c’est que l’on ressent l’usure des personnages suite à ce job difficile. Après on dit ce que l’on veut sur la police, mais il ne faut pas être stupide : le job est difficile moralement, physiquement et niveau vie privée c’est souvent le néant. Ok, ils n’ont pas tous cette vie, je sais ! Mais bon soyons honnête !

La mauvaise presse de la police est de nouveau bien ressentie dans cette saison. Il est clair que l’on parle souvent des bavures dans les journaux mais rarement des arrestations quotidiennes. On voit aussi que le voyou n’en n’est plus un. Le gentil voyou qui avait une place dans la cellule de dégrisement tous les samedis soirs, à laisser un place vide. Car maintenant se sont de réelles organisations du crime auxquelles doivent faire face les autorités et ils sont difficilement mis en cellule. Bref, cette série est un tableau très représentatif de notre système judiciaire actuel.

On aime ou on déteste les personnages. Moi, je les aime tous. Un peu comme une réunion de famille. Le casting tient très bien la route depuis 2005 !

  • Caroline Proust : Capitaine Laure Berthaud, capitaine de police aux méthodes parfois un peu musclées, membre de la DPJ.
  • Thierry Godard : Lieutenant Gilles « Gilou » Escoffier, policier usé par la drogue et par la vie, membre de la DPJ (connu aussi dans Un village français).
  • Fred Bianconi : Lieutenant Luc « Tintin » Fromentin, policier droit et honnête, père de famille, membre de la DPJ.
  • Philippe Duclos : François Roban, juge d’instruction froid et compétent, qui connaît toutes les ficelles de son métier. Il a déjà un bon nombre de films et de séries à son actif mais toujours en second rôle. Je l’ai découvert grâce à cette série. La solitude du juge d’instruction me donne envie de lui payer un voir deux mojitos.
  • Grégory Fitoussi : Pierre Clément, substitut du procureur intègre et honnête, mais auquel son amour pour la Justice va jouer des tours ; il devient avocat à partir de la saison 3 et s’associe à Joséphine Karlsson. Ah le beau gosse de la série ! Je l’ai connu dans des séries comme Sous le soleil, mais il excelle quelques années plus tard dans Les hommes de l’ombre.
  • Audrey Fleurot : Joséphine Karlsson, jeune avocate intelligente et très douée mais ambitieuse et sans états d’âme ; la haine viscérale qu’elle porte à la police va la pousser à commettre des actes répréhensibles (cette jolie rousse que j’adore. Je l’ai découverte dans Un village français et d’autres films comme Intouchables).

Les 12 épisodes sont plein de rebondissements et les fins me font souvent renverser mon mojito !

Bonne nouvelle : La saison 7 n’attendra pas 3 ans pour venir et qui sera peut-être la saison ultime ;-).

Donc conseil de tordue : Regardez cette putain de bonne série française !!!!

Le site de la série : http://www.canalplus.fr/series/pid4559-engrenages.html

14 réflexions sur “Engrenages, la série qui a tout d’une grande !

Quelques mots tordus...vas y, lâche toi :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s